Le Barcelone de L’Auberge Espagnole

Share on Facebook4Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+1Pin on Pinterest0Buffer this pageEmail this to someone

Capture-d’écran-2016-01-28-à-14.34.26

Qui n’a jamais rêvé de collocation après avoir regardé L’Auberge Espagnole ? Réalisé par Cédric Klapisch en 2002, ce film raconte la vie de huit étudiants partageant un appartement à Barcelone, le temps d’un programme Erasmus. S’il s’agit là d’une fiction, ce film témoigne de l’intérêt quant à lui bien réel des Français pour Barcelone.

Cette semaine, FacilitaTrip mêle réalité et fiction et vous propose de découvrir ou de redécouvrir la capitale catalane à travers les différentes scènes de ce film devenu culte !

Xavier arrive à Barcelone

Perdu dans la ville, le jeune étudiant en Économie cherche l’adresse d’une amie de sa mère, Sonia Miralpeix, qui s’est proposée de l’héberger le temps que ce dernier trouve un logement. Nous le voyons alors traverser la Plaça de Catalunya, la Via Laietena et la Plaça Reial.

La Plaça de Catalunya

Il s’agit d’une immense esplanade qui sépare la vieille ville des quartiers modernes de l’Eixample. Cette place ouvre sur les Ramblas qui mènent à la mer ainsi qu’au passeig de Gràcia, considéré comme les Champs-Elysées de Barcelone.

La Plaça de Catalunya accueille de grands magasins ainsi que les sièges de quelques grandes entreprises. Elle se déploie au-dessus d’un grand parking souterrain.

Place de Catalunya

Place de Catalunya

La Via Laietana

La Via Leietana est une grande artère qui ouvre sur la mer. Elle fut percée en 1865 mais ne fut achevée qu’en 1907 en raison du fort soulèvement de mécontentements généré par ce projet. En effet, ce dernier entraîna la destruction de quartiers entiers et de divers monuments. Certains furent d’ailleurs minutieusement démontés pour être reconstruits un peu plus loin. Tel est le cas de la casa Padellàs, actuelle entrée du Museu d’Història de la Ciutat (MUHBA), désormais érigée sur la Plaça Reial.

Via Laietana

Via Laietana

La Plaça Reial

La majestueuse Plaça Reial se caractérise par ses inspirations françaises et castillanes, que l’on retrouve dans ses portiques et ses façades néoclassiques du XIXème siècle. L’originalité du lieu réside dans les quelques palmiers qui le surplombent et lui confèrent un aspect exotique. Agréable, cette place accueille de nombreuses terrasses de bars et de restaurants. Ouvrez l’œil ! Les lampadaires qui se dressent autour de la fontaine furent la première commande publique de Gaudí.

Place Reial

Place Reial

Xavier écrit à Martine, sa petite-amie restée à Paris

Loin de sa petite-amie Martine, Xavier écrit une lettre à cette dernière, assis à la terrasse d’un restaurant installé sur la plage. Celle-ci se trouve dans le quartier de La Barceloneta. Autrefois populaire et habité par des marins, c’est désormais un quartier branché au sein duquel les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Les restaurants de fruits de mers et les bars y sont nombreux. Certains possèdent même une terrasse donnant directement sur la plage, comme nous pouvons le voir dans le film. Au bout de la plage de La Barceloneta est érigé l’Hôtel W. Haut de 26 étages, il fut construit par l’architecte Ricardo Bofill et designé par le français Philippe Starck.

La Barceloneta

La Barceloneta

Xavier et Anne-Sophie se promènent dans la capitale catalane

Mal à l’aise chez Sonia Miralpeix, Xavier loge un temps chez Jean-Michel et Anne-Sophie (couple fraîchement marié), rencontrés à son arrivée à l’aéroport de Barcelone. Jean-Michel travaille beaucoup et demande à Xavier d’emmener Anne-Sophie en balade.

La Sagrada Familia

La Sagrada Familia est l’emblème de Barcelone (dont une partie est inscrite au Patrimoine de l’UNESCO). En 1882, le projet est confié à l’architecte Franscesc de Paula Villar. Il fut pourtant remercié un an après, laissant sa place à Antoni Gaudí qui modifia complètement les plans originaux pour donner à l’édifice la forme qu’on lui connaît aujourd’hui. La première partie est achevée en 1926, année de la mort de l’architecte. Les travaux que ce dernier avait entamés continuèrent jusqu’en 1936, date du début de la guerre civile. Les plans originaux furent brûlés dans un incendie la même année mais les maquettes furent heureusement sauvées.

À l’extérieur, la façade de La Nativité, réalisée du vivant de l’artiste, présente une abondance de détails, décors et symboles, propres à la folie créatrice de Gaudì. La façade de La Passion tranche avec le reste de l’édifice. Elle fut élaborée par Josep Subirachs entre 1954 et 1977. Constituée de centaine de sculptures, cette façade fut grandement controversée en raison de la rudesse de ses formes qui, selon certains, s’oppose à la rondeur employée par Gaudí.

L’originalité de cette église ne tient pourtant pas uniquement du génie Gaudien. À l’aube du XIXème siècle, à l’heure de l’industrialisation de la société, l’Église est quelque peu délaissée. Il s’agit alors pour l’institution catholique d’entamer une véritable campagne pour asseoir à nouveau son influence. Le gigantisme caractéristique du monument peut être considéré comme l’un des signes d’une véritable reconquête religieuse. Cette extravagance fut possible grâce à l’importance des dons de fidèles reçus en 1893.

À l’intérieur, dans la nef, les colonnes se ramifient en branches dans le but de créer l’illusion d’une forêt. L’artiste aurait voulu représenter le chemin qu’il empruntait enfant, reliant son domicile à l’atelier de son père.

Au sous-sol, dans la crypte, se trouve le tombeau de Gaudí ainsi qu’un musée dans lequel est visible une représentation du projet final. L’architecte avait estimé 200 ans de travaux. Peut-être avait-il raison ? Les visites se déroulent effectivement dans un monument inachevé, en construction perpétuelle.

Ce n’est qu’en 2010 que l’église fut ouverte au culte et consacrée par Benoît XVI, revêtant ainsi un statut de basilique ainsi qu’une réelle valeur religieuse.

La Sagrada Familia

La Sagrada Familia

Devant le MACBA…

Alors même qu’Anne-Sophie qualifie de “sale” la ville de Barcelone, Xavier lui reproche son “racisme” envers les Barcelonais. Nous y verrons ici un joli clin d’œil étant donné que le quartier de l’Eixample (en pleine rénovation) dans lequel ils se promènent ouvre sur le Museu d’Art Contemporanì de Barcelona (MACBA), symbole de culture et de pureté architecturale.

Minimaliste, cet édifice éclatant de blancheur fut réalisé par l’architecte américain Richard Meier (architecte du musée Getty de Los Angeles) en 1995. Il est le symbole du renouveau du quartier.

Dans ce musée, le parcours s’effectue en deux temps.

Au rez-de-chaussée se trouve la collection permanente, divisée en 4 périodes chronologiques :

  • 1940-1968 : on peut y voir des œuvres d’Alexander Calder, Paul Klee ou Hans Hofmann. Deux mouvements sont principalement mis en avant : l’abstraction d’Antoni Tàpies ainsi que le constructivisme de Pablo Palazuelo.
  • 1968-1975 : cette période s’articule autour d’un thème essentiel dans l’histoire espagnole, celui de la révolte antifranquiste. On peut alors observer les réalisations de Francesc Abad, Francesc Torres ou encore des œuvres dites de l’arte posera (de Mario Merz et Dieter Roth notamment).
  • la décennie 1980 : cette période se caractérise par l’usage de multiples supports et en particulier celui des nouveaux-médias. Elle est représentée par des artistes tels que Miquel Barceló ou Jean-Michel Basquiat.
  • 1990 à nos jours : la période actuelle est marquée par un vif intérêt pour le support vidéo et les diverses formes d’installation numérique.

Les étages sont consacrés aux expositions temporaires.

Le MACBA

Le MACBA

Le transbordador aeri

Xavier ne cesse de penser à Anne-Sophie et la rappelle afin de lui proposer de nouvelles promenades ensemble.Tous deux prennent le téléphérique.

Appelé Transbordador aeri, ce téléphérique fut construit en 1931 et offre l’un des plus beaux panoramas sur la ville. La cabine part du terminus, la tour San Sebastià, pour arriver à Montjuic dont le château domine la ville de 170 mètres.

Le Transbordador aeri

Le Transbordador aeri

Xavier embrasse Anne-Sophie dans le parc Güell

Xavier donne rendez-vous à Anne-Sophie dans le Parc Güell, œuvre de l’architecte Antoni Gaudí (1852-1926). C’est ici que les deux protagonistes avaient effectué leur première sortie. Bien que la jeune femme soit mariée, l’étudiant l’embrasse sur la terrasse, appelée place de la Nature. Cette dernière domine la ville et offre une vue imprenable à chacun de ses promeneurs. Elle est l’un des monuments du Parc Güell construit à partir de 1900 par Antoni Gaudí, architecte moderniste. Si son travail est ancré dans le style Art Nouveau, l’artiste mêle tradition et modernité, proposant une œuvre unique en son genre, reconnaissable entre mille. À l’origine, le parc devait être privé et accueillir 60 maisons mais les travaux furent abandonnés en 1914 et seulement deux maisons furent bâties. L’ensemble fut offert à la mairie de Barcelone en 1918.

L’une des deux maisons est l’actuelle Casa-museu Gaudí. Elle fut réalisée par l’un des élèves de l’artiste, Francesc Berenguer. Gaudí y vécut pendant 20 ans (1906-1926) alors même qu’elle ne devait être que la maison témoin de l’ensemble du projet immobilier d’origine ! De 1926 à 1960, elle fut la demeure d’un industriel italien. Les meubles qui y sont désormais exposés appartenait à Gaudí et étaient initialement dispersés dans les autres propriétés que l’artiste possédait. Cette maison fut considérée comme monument artistique en 1969 et reconnue comme patrimoine culturel de l’humanité par l’UNESCO en 1984. L’autre maison, la Casa Trias, est fermée au public.

Le parc se divise en sept espaces : les Pavillons de la Conciergerie, l’Escalier du Dragon, la Salle Hypostyle faite de colonnes doriques et médaillons de mosaïque (de Josep Maria Jujol, proche de Gaudí), le Théâtre Grec ou Place de la Nature (son banc serpentin fut également réalisé par Jujol), le Portique de la Lavandière, les Jardins d’Autriche ainsi que les rues, chemins et viaducs.

Le Parc Güell

Le Parc Güell

Wendy et son petit-ami américain flirtent sur la Rambla del Mar

Wendy, la jeune étudiante anglaise, rencontre un Américain.  On peut les voir à côté de la Rambla del Mar, avant que le petit-ami anglais de la jeune femme ne débarque par surprise…

La Rambla del Mar est une passerelle métallique qui se trouve dans le Port Vell (le vieux port). Elle mène au Maremàgnum, un complexe multiforme (réunissant bars, restaurants, cinéma, boutiques et aquarium). Cette passerelle s’inscrit dans le grand chantier de rénovation urbain entrepris pour les Jeux Olympiques de 1992. C’est sur cette passerelle que Xavier croit rencontrer Erasme. Ce n’est évidemment qu’une vision.

La Rambla del Mar

La Rambla del Mar

Le retour à Paris…

La Place du Tertre

La Place du Tertre

La Rue des Saules

La Rue des Saules

Xavier fait ses adieux à Martine et se remémore leur premier baiser, sur le plus petit trottoir de Paris, dans la rue d’Orchampt. Il décide ensuite de se rendre dans les lieux “où les parisiens ne vont jamais”, à Montmartre en l’occurence. On le voit donc traverser la rue Maurice Utrillo, la Place du Tertre et la rue des Saules. S’il arpente Barcelone au début du film, le héros arpente ici sa ville natale. Il choisit toutefois d’échapper à son destin, le Ministère des Finances, dont il s’éloigne en courant.

La Rue d'Orchampt

La rue d'Orchampt

Le Ministère des Finances

Le Ministère des Finances

Vous l’avez compris, Barcelone est l’une des destinations que nous vous proposons avec FacilitaTrip.

Pour voyager autrement et construire vos parcours de visite à partir des films que vous aimez, rendez-vous sur FacilitaTrip ici

Share on Facebook4Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+1Pin on Pinterest0Buffer this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook