1280px-20090529_great_wall_8185

Présentation de la grande muraille de Chine

Share on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn1Share on Google+0Pin on Pinterest0Buffer this pageEmail this to someone

Communément appelée « la grande muraille » ou encore en chinois simplifié « longue muraille de dix mille li », la grande muraille de Chine a été construite pour protéger la frontière du nord de la Chine. Elle s’étire entre Shanhaiguan à l’Est et Jiayuguan à l’Ouest. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO de 1987, elle est désignée en 2007 comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde.

Histoire de la grande muraille de Chine

L’histoire de la construction de la grande muraille de Chine est souvent subdivisée en deux grandes périodes. La première est celle qui précède l’unification de la dynastie Qin en 222 av. J.-C. Durant cette période, la Chine suivait un système féodal. Elle était divisée en une centaine d’États qui se sont finalement annexés pour former de grandes principautés. La Chine était ainsi divisée en plusieurs royaumes qui se faisaient la guerre. Murailles en terre tassée étaient alors construites par chaque État pour se protéger contre l’assaillant. La deuxième période commence à partir de l’unification de la dynastie Qin, où l’empereur Qin Shi Huang entame en 221 av. J.-C., la construction d’un grand mur de « dix mille lieux de long » visant à protéger efficacement contre les attaques. Après la chute de la dynastie Qin, la muraille avait été quelque peu abandonnée. Ce n’est qu’en 123 av. J.-C que l’empereur Wudi l’a fait restaurer et entendre. De dynastie en dynastie, la muraille prenait de l’ampleur pour atteindre finalement sa forme actuelle.

Culture de la grande muraille de Chine

La muraille revêt surtout la culture profonde, diverse et unique de la nation qui l’abrite ; mais elle est aussi entourée de mythes et légendes. La légende du Meng Jiangnu dit que la muraille, profondément émue par le désespoir d’une jeune fille appelée Meng Jiangnu, s’est effondrée sur environ 400 km. Le corps du mari de la jeune fille, alors ouvrier sur le chantier de construction de la muraille, avait été incorporé après sa mort dans la muraille. D’après la légende de la muraille d’acier aux fossés bouillonnants, le général ayant dirigé la construction a fait couper sa tête à cause des dépenses élevées. Mais il fut honoré plus tard. Quant à la légende du Xifengkou, elle dit qu’un jeune homme avait été contraint à participer à la construction de la muraille. Son père inquiet, parce que sans nouvelle de lui, croisa son chemin alors qu’il se rendait sur le site de construction. Ils moururent de joie. L’endroit où ils ont été enterrés fut nommé plus tard « le passage du pic du bonheur. Beaucoup d’autres légendes sont entretenues autour de la muraille. Plusieurs temples ont été construits autour de la muraille pour célébrer Guandi, le dieu de la guerre.

Architecture et tourisme

C’est la plus grande œuvre humaine au monde. Elle s’étend sur environ 6700 kilomètres. Sa largeur varie entre 5 et 7 mètres, et sa hauteur entre 5 et 17 mètres. La muraille n’est pas un seul mur construit en bloc ; c’est plutôt un ensemble continu de murs construits par les différentes dynasties. Elle est composée de tours de guet et de bastions, de frontières naturelles et de tranchées sur toute sa longueur. Elle a été construite avec du ciment, de la pierre et des briques d’argile. On peut l’apercevoir jusqu’à 320 kilomètres d’altitude. La grande muraille attire de nombreux touristes. Chaque année, environ 16 millions de personnes viennent visiter la muraille. Des randonnées sont souvent organisées pour les touristes.

La grande muraille de Chine est une relique de l’histoire de la Chine. Elle témoigne de la volonté des dynasties d’antan de protéger coûte que coûte leur territoire.

 

Share on Facebook2Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn1Share on Google+0Pin on Pinterest0Buffer this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *